Laisser passer

« Laissez passer les rêves
Celui de Jacky Chang, celui de Luther King
Que le matin se lève
Sur un tout nouveau monde comme on l’imagine
 » (Paroles de Michel Berger, 1992)

Nous avons cette ritournelle en tête depuis quelques temps.

Est-ce l’effet fin d’année, le passage du nouvel an ou simplement l’envie farouche de réaliser, de se réaliser en bousculant les barrières externes et internes ?

Peu importe. Ce qui compte c’est le laisser-passer du rêve à la réalisation.

 

Que de choses écrites sur les rêves !

A commencer par notre très cher Saint Exupéry « Fais de ta vie un rêve et de ton rêve un réalité ».

On complétera avec René Chars « Il n’y a que deux conduites avec la vie : Ou on la rêve, ou on l’accomplit ».

 

1984

Comment faire? Facile à dire, moins facile à faire ?

Encore une fois, France Gall nous chante la solution

« Débranche, débranche tout. Revenons à nous » !

Le verbe débrancher prend encore plus de poids aujourd’hui qu’à l’époque de l’écriture de cette chanson (1984). Nous vivons dans un monde hyperconnecté, de façon quasi perpétuelle à un niveau qui nous fait perdre progressivement et insidieusement une certaine forme de notre libre arbitre et de notre liberté au sens large, endormi, anesthésié par la facilité de vie que ces outils nous procurent.

Au passage on remarquera l’étrangeté du lien entre l’année de la chanson, le titre du célèbre roman de Georges Orwell et le thème qui lie le tout !

 

Trois étapes pour un laisser-passer.

Il y a quelques années nous avons rencontré un chef d’entreprise qui passait une semaine par an dans un monastère. Rien de mystique affirmait-il. Il s’agissait simplement de se déconnecter d’une certaine matérialité du monde et de se recentrer sur Soi. Téléphone, ordinateur, montre interdits ; vie rythmée par la Règle. Une semaine passée hors du temps. C’était salutaire pour qu’il se reconnecte à lui, ses proches, son travail, pour retrouver du sens.

Le passage par la vie monacale ne nous semble par absolument obligatoire.

Pour obtenir le laisser-passer de vos rêves à la réalité, nous vous invitons à une démarche en trois étapes.

La première est d’effectivement tout débrancher, vous éloigner un instant de tout. Allongé dans votre canapé, plongez dans vos rêves ! Laissez-vous porter par vos rêveries !

Vous pouvez même aller plus loin et vous accorder au moins une séance de sophrologie, de réflexologie plantaire, un massage relaxant ; bref prenez le temps d’une petite séance pour vous. Nous l’avons testé et approuvé !

La seconde  est d’écrire vos rêves d’entreprise. Comment vous vous voyez dans 3, 5, 10 ans ? Amusez vous à les écrire sur un papier, et enfermer le tout dans une enveloppe.

Ouvrez cette enveloppe dans quelques semaines ou mois. Faites un point. Qu’avez-vous fait ? Pourquoi ?

La troisième : Faite vous accompagner par un conseil extérieur, passionné par son métier mais lucide, appareillé pour vous aider à définir et mettre en place vos rêves, la stratégie de votre entreprise.

Cubeflight est justement votre ailier business : veille sur vous et élargit votre champ de vision pour vous accompagner au long cours.

 

 

LA résolution 2018 ?

Obtenez votre laisser-passer mais ne laissez pas passer vos rêves !

 

Arnaud BISIG

3...2...1...0...

 

PS : Cet article a été rédigé et programmé bien avant que France Gall ne nous quitte. Comme nous appliquons naturellement le premier principe en stratégie (Ne rien changer à la décision initiale si ce n’est pas impérativement nécessaire) nous avons maintenu la ligne éditoriale à laquelle nous ajoutons notre respectueux salut à l’Artiste.

2 thoughts on “Laisser passer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *